Actualités

Le 26 mars 2022 : troisponts.net : La Boudeuse


 
25 mars 1766 : lancement à l'arsenal d'Indret (Nantes) de la frégate la Boudeuse. C'est à son bord que le comte de Bougainville réalisa son fameux tour du monde français de 1766 à 1769. La Boudeuse fut accompagnée dans ce voyage par la corvette l’Étoile.
Refondue en 1776, la Boudeuse prit part à la guerre d'Indépendance américaine, durant laquelle elle captura notamment le sloop HMS Weazel dans les Antilles, le 13 janvier 1779, et participa à la prise de l'île de Saint Barthélémy, le 28 février 1779.
Pendant les guerres de la Révolution, elle reprit le 8 juin 1794 la frégate l'Alceste, capturée par les Anglais lors de la prise de Toulon l'année précédente et donnée à la marine sarde.
En 1799, elle réussit à forcer le blocus anglais de Malte et ravitaille ainsi les troupes françaises qui y sont bloquées. Elle resta à Malte, où elle fut démantelée en 1800 afin de fournir en bois les boulangers de l'île.
 
une frégate de 12 par Pierre Ozanne (1737-1813)
 
Par Eric Demerger, membre du Corps Royal de la Marine Royale 1780, troispont.net, copyright ©

Lettre d'information du 11 février 2022 : Avancée de la maquette de la Boudeuse

Suite à notre lettre d'information du 25 janvier 2021, voici l'avancement du projet de la maquette de la Boudeuse réalisée par un de nos talentueux lecteurs : Monsieur Edouard Fauveau. Merci pour son partage.
 

Le 14 janvier 2022 : lu pour vous


Parution du dernier bulletin de la Société des Etudes Océaniennes
 
Le N°355 de décembre 2021 accorde une soixantaine de pages à l’arrivée de Bougainville à Tahiti et deux chapitres sur la Passagère clandestine Jeanne Baré, dont un, livrant une série d’analyses sur une litote du navigateur après l’agression qu’elle subit lors de sa descente à terre.

En plus du compte-rendu de lecture de ces deux articles à découvrir dans la rubrique idoine, nous joindrons au dossier de l’héroïne le fac-similé d’un article inédit de la S.E.O publié par H. Jacquier en 1962 et intitulé : Jeanne BARET la première femme autour du monde .DP
 
1er article de Sophie Miquel & Nicole Maguet de la Société Botanique du Périgord.
Jeanne Barret , itinéraires

Après une courte introduction sans équivoque sur le peu de sympathie des autrices à l’encontre de son employeur et maître Philibert Commerson, médecin botaniste et naturaliste de l’expédition Bougainville autour du monde, elles annoncent le destin finalement heureux de cette jeune domestique énergique à la personnalité bien tranchée.

Le premier chapitre superbement illustré narre l’enfance difficile et compliquée de la jeune paysanne dans le Morvan.
Le second intitulé Installation à Toulon-sur Arroux résume les origines de la liaison ancillaire de Commerson, devenu veuf, avec sa gouvernante Jouissant d’une excellente santé la jeune fille se retrouve vite enceinte. Le couple en proie au scandale et aux rumeurs villageoiseschoisit de quitter la région.
Le chapitre troisième est titré Départ pour Paris
Jeanne accouchera durant le voyage et abandonnera l’enfant à Digoin. Quelques mois après leur installation à Paris près du Jardin du Roi (actuel Jardin des
Plantes) ils auraient eu un autre enfant placé en nourrice avant leur grande évasion outremer.
Chapitre 4 intitulé « Bougainville » résume la carrière de l’explorateur et les origines de son épopée circumterrestre
Le chapitre suivant narre les péripéties du voyage depuis le départ du couple Barret/-Commerson de Rochefort le 1 er février 1767, leur séjour au Brésil, la restitution des Malouines et les errances des deux navires jusqu’à leur sortie du détroit de Magellan.
Chapitre 7 Seules quelques lignes sont consacrées à l’escale de Tahiti et de plus très incomplètes. Au large du Vanuatu actuel à la Pentecôte en 1767, les aveux de Jeanne suite à un début de mutinerie sont expédiés et apparemment mal analysés.
Chapitre 8 La suite du voyage demeure factuelle et anecdotique jusqu’à Batavia mais se conclut avec un hommage appuyé sur « le bilan humain très positif de ce tour du monde avec seulement sept morts sur les 350 hommes des deux équipages.
Au Chapitre 9 la chronique s’attarde avec force détails et documents inédits sur le Séjour tropical à l’île de France du couple en difficulté. Assigné poliment « à poursuivre ses travaux dans les Mascareignes », L’ordre aurait été donné depuis Versailles mais le Certificat délivré par Bougainville à bord de la Boudeuse en date du 9/09/1769 était une assignation à résidence qui soulageait le Capitaine et son « protégé » d’un scandale voire d’une peine de prison avec sa bien-aimée. Pour des raisons non rapportées dans cette narration très fouillée, les relations du Docteur Commerson et de Jeanne vont se détériorer. Les causes de ce « divorce latent » sont fort bien décrites
dans le remarquable livre de Ridley, Glynis. The Discovery of Jeanne Baret: A Story of Science, the High Seas, and the First Woman to Circumnavigate the Globe (p. 250).
Suivent une série de documents sur leur vie et leurs problèmes. Peu de choses sur leur séparation consécutive à la mission spéciale du Naturaliste à Madagascar de fin 1770 à janvier 1772. Jeanne n’était pas du voyage et pour cause elle pouponnait. Commerson mourut un an plus tard le 13 mars 1773. Rien sur les motivations de ses largesses testamentaires envers sa concubine, ni sur le retour d’Ahutoru. En revanche un récit très complet de la vie de la jeune ‘ « veuve » à Port Louis et de son retour flamboyant dans ses foyers grâce à son riche mariage avec un militaire le 17 mai 1774.
Une vie romanesque à la mode

Une très belle et émouvante conclusion fermée par quelques photos et par une riche bibliographie.


Lettre d'information du 2 janvier 2022 :
 

Les Amis de Bougainville vous souhaitent une heureuse année 2022. Un grand merci au descendant de Bougainville qui vient de nous offrir ce portrait de famille pour la nouvelle année.
 
 
 



Créer un site
Créer un site